Le Raspbery Pi en tant que serveur headless

Ecrit le 10/07/2017

Après une lecture intéressante du court article d’Outout sur Met-Hardware, je me suis dis que je pouvais faire une petite continuation avec un court article sur l’utilisation de mon Raspberry Pi après un an.

Note: L’utilisation du mot “Raspberry” est équivalente à mentionner le mot “Raspberry Pi” dans cet article.

Certains utilisent leur Raspberry pour faire des projets de type domotiques ou robotiques. Moi, je m’en sers en tant que serveur. Sur le cours d’un an (oui, je l’ai acheté il y a un an, avant même de faire le blog), le bâteau a été chargé de diverses choses.

Pourquoi un Raspberry ?

Le chargement

Progressivement, plusieurs éléments ont été ajoutés. Entre autres, un serveur NGINX, MySQL que j’aurai changé par MariaDB, PHP-FPM, NodeJS et d’autres logiciels serveur.

Le résultat après un an

Lors de l’utilisation de Gitlab, le Raspberry n’a clairement pas aimé exécuter quelque chose d’aussi lourd. C’est entre autres pourquoi j’ai choisi Gogs pour héberger mes projets. Autrement, le serveur a bien tenu la charge imposée par NGINX et compagnie, cela étant partiellement dû au fait que pas beaucoup de monde venait.

J’ai également tenté un serveur Minecraft, cela a un peu beaucoup tourné au lag de la machine et à l’explosion du load average à cause de la génération de map.

Le mot de la fin

D’après mon expérience, le Raspberry Pi peut servir à mettre en place un serveur pour relativement pas cher. Après, on ne peut pas balancer n’importe quoi, tel que GitLab, qui surchargerait la machine facilement. Je pense que cela concerne peu de logiciels. Autrement, il peut servir à plein d’autres choses en tant que serveur ^^